Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

<<< Page précédente

Mercredi 16 juin 2010 – Temps nuageux avec éclaircies, sans pluie, 12°.

 

Quelques kilomètres après notre départ, nous découvrons un bel emplacement pour stationner de nuit, au bord du fjord, sur la E6 à 12 km d'Alta vers l'ouest, à Kåfjord, à droite avant le pont.

On était bien la nuit dernière, mais là on aurait été mieux. Avis aux amateurs.

Carte-20100616

Nous continuons la E6 et à Talvik nous trouvons une station Shell où nous pouvons faire les services gratuitement. On peut même y dormir, sa situation près d'un petit port étant agréable.

La route serpente maintenant le long du fjord offrant de magnifiques paysages de l'eau et des montagnes enneigées environnantes. Quelques éclaircies nous permettent d'apprécier encore mieux ces panoramas.

N042

Nous nous arrêtons pour déjeuner sur un minuscule parking en altitude d'où la vue sur le Badderfjorden est superbe.

N043

Plus loin une jolie cascade s'offre à nos regards.

N044

Notre itinéraire nous conduit ensuite à Oderdalen, où nous nous arrêtons sur le port pour y passer la nuit (E20.52924, N69.60361).

Nous sommes seuls quand nous nous installons, mais rapidement 2, puis 3, puis 5 CC, trouvant l'endroit à leur goût, nous rejoignent.

Nous sommes bien installés lorsqu'une voiture arrive et un responsable du port vient expliquer aux CC qu'un navire de croisière est attendu pour demain et que nous ne pouvons pas rester où nous sommes. Il nous indique un autre parking près de la mairie-école où nous nous installons en compagnie d'un CC belge.

Ils sont de Brugge et Mireille peut leur faire un brin de causette en flamand!

Nous avons fait 223 km aujourd'hui.

 

Jeudi 17 juin 2010 – Temps nuageux, quelques gouttes, 12°.

 

Nuit bruyante sur ce parking, trop près de la E6.

A 3 h du mat' une mouette a eu la bonne idée de se poser sur le lanterneau nous offrant une vue par en dessous!

Après avoir dit au revoir à nos voisins d'une nuit, nous prenons la direction de Tromsø par la E6.

Carte-20100617

Il existe un ferry reliant directement Oderdalen à la rive opposée et permettant d'économiser quelques dizaines de kilomètres, mais cela nous priverait du plaisir de longer les rives des fjords, aussi nous ne le prenons pas.

Malgré un ciel couvert les paysages sont toujours aussi beaux.

Nous arrivons vers 13 h sur le parking de la cathédrale arctique de Tromsø où nous déjeunons.

Nous allons ensuite visiter la cathédrale, mais au moment d'y entrer, l'hôtesse nous indique qu'il va y avoir un concert d'orgue à 14 h et qu'il n'y a pas de visites pendant ce temps-là. Après une brève concertation, et le concert ne durant qu'une demi-heure, nous décidons d'y assister plutôt qu'attendre dehors.

Nous profitons donc de l'acoustique de la cathédrale, très moderne, et nous ne le regrettons pas.

Nous allons ensuite dans la ville même où nous faisons une balade dans le centre, le port et le vieux quartier des maisons en bois.

N045  N046

Nous reprenons le CC pour nous rendre sur l'île de Kvaløya.

Pour sortir de Tromsø nous empruntons un tunnel, où plutôt un dédale de tunnels allant dans plusieurs directions. Creusés dans la roche il n'y a pas moins de 3 rond-points qui relient ces tunnels entre eux.

Nous parcourons la côte sud de Kvaløya par une route quasi déserte bordée de petites cabanes de pêcheurs, jusqu'à l'île de Sommaroy.

Sommaroy est une île qui semble très prisée, au vu des très belles maisons qui y sont construites. On y accède par un pont à une seule voie.

N047

Les plages sont de sable blanc et la mer est vert émeraude. On comprend que cette île attire de nombreux Norvégiens.

N048

Nous nous installons sur un petit parking, après en avoir demandé l'autorisation au riverain, en face de rochers sur lesquels nous pouvons observer de nombreux oiseaux de mer, pendant une bonne partie de la soirée.

Nous avons fait 289 km aujourd'hui.

 

Vendredi 18 juin 2010 – Temps ensoleillé puis nuageux, 12°.

 

Aujourd'hui ça fait 2 mois que nous sommes partis!

Nous faisons le tour de Sommaroy, tour vite fait car l'île est toute petite. Le soleil revenu met en valeur les couleurs des plages et de la mer. C'est très beau, on dirait la Corse!... la chaleur en moins.

Carte-20100618

Nous repassons le pont en sens inverse et nous allons à Hillesoy pour prendre un ferry qui nous emmènera à l'île de Senja.

¾ h d'attente, ¾ h de traversée et nous débarquons à Botn-Hamn.

N049  N050

Nous allons à Hussoy, village de pêcheurs construit sur une île reliée à la terre par une digue. Le site est très beau, mais le village ne vaut que par sa situation car il n'a rien de particulier.

N051  N052

Nous déjeunons sur une aire de pique-nique avant la digue.

Nous continuons le tour de Senja et nous allons jusqu'au bout de chaque pointe, ou presque.

Les routes sont étroites et mal entretenues, et pour se croiser il faut utiliser des élargissements aménagés régulièrement.

La route emprunte des tunnels impressionnants, sombres et étroits, à l'intérieur desquels il y a aussi des élargissements pour se croiser.

N053

Nous avons des difficultés à trouver un emplacement pour la nuit, la route étant généralement coincée entre le fjord et la montagne.

C'est sur le parking du cimetière de Balleviska que nous finissons par trouver une place pour la nuit (E17.10669, N69.38166).

N054

Le vent s'est levé et notre emplacement semble être mieux situé que si nous étions au bord de mer car nous ne sentons pas les bourrasques.

Nous avons fait 148 km aujourd'hui. 

 

Samedi 19 juin 2010 – Pluie et même neige en soirée, 6°.

 

Temps couvert au réveil. La nuit a été calme comme d'habitude.

Carte-20100619

Nous finissons le tour de l'île de Senja et nous arrivons à Finnsnes sous la pluie.

Nous y trouvons une aire de services, mais sans eau et, comme le temps n'est pas à la promenade, nous profitons pour chercher une connexion internet que nous trouvons sur le parking des bus et taxis.

Dans nos mails il y a un message de Françoise et Gérald (ago 31 sur CCInfos) qui nous indique qu'ils sont aux îles Vesteralen et nous donnent leur numéro de téléphone pour une éventuelle rencontre. Mais le mail date de 3 jours. Sont-ils encore dans la région?

Nous leur envoyons un message avec notre itinéraire du jour et aussitôt ils répondent et nous donnent RV aux chutes de Mavselvfossen où nous avions décidé de passer la nuit.

Nous mettons le blog à jour et nous partons en direction des chutes.

Arrivés à 17 h, ils nous rejoignent à peine 10 mn plus tard.

Nous visitons les chutes ensemble.

C'est une large cascade qui s'étale sur plusieurs centaines de mètres de long. Plutôt des rapides qu'une cascade. Mais l'hiver ayant été neigeux et tardif, le niveau de l'eau est très élevé et le débit est impressionnant.

N055

Sur le côté une échelle à saumons a été aménagée pour leur permettre de remonter le courant. Nous attendons vainement d'en voir sauter, mais d'après les Norvégiens, il y a beaucoup d'eau, donc les saumons préfèrent nager au lieu de sauter.

N056

Nous avions l'information que nous pouvions dormir sur le parking des cascades.

En fait c'est un camping qui en est propriétaire et pour y rester la nuit, il faut payer le prix du camping.

Comme nous n'avons besoin de rien, nous allons 2 km plus loin, sur un terre-plein repéré à l'aller et nous installons nos 2 CC près de celui d'un Norvégien déjà présent (E18.66629, N69.01896).

Nous passons la soirée dans le CC de Françoise et Gérald à échanger nos renseignements de voyage, eux montant vers le nord et nous descendant vers le sud.

Ce fut un moment de partage très agréable.

Pendant ce temps, alors qu'une amicale chaleur humaine se répandait à l'intérieur, dehors il tombait de gros flocons de neige...

Nous avons fait 159 km aujourd'hui.

 

Dimanche 20 juin 2010 – Pluie cessant en fin d'après-midi, 5°.

 

Il fait froid au réveil. La nuit a été calme sur ce terre-plein au milieu de la forêt.

Nous échangeons encore des tuyaux avec Françoise et Gérald, faisons une photo souvenir de notre rencontre, puis nous nous quittons, eux vers le nord, nous vers le sud.

N057

Carte-20100620

Nous prenons la direction des îles Vesteralen, mais le temps pluvieux ne nous incite pas à faire une étape de découverte. Nous constatons que la neige d'hier a saupoudré de blanc les sommets environnants et même les bords de la route. Demain c'est l'été!!!

N058

Nous allons directement à Lødingen, sur une aire conseillée par nos amis, et y arrivons vers 16 h 30.

L'aire est idéalement située sur un îlot relié à la terre par une digue étroite. Nous nous installons face à une petite plage. Il y a déjà quelques CC, mais rapidement l'aire se remplit et c'est environ 20 CC qui trouveront place pour la nuit (E16.70226, N68.45811).

N059

Nous avons fait 215 km aujourd'hui. 

 

Lundi 21 juin 2010 – Pluie, pluie, pluie..., 7°.

 

Ça y est! C'est l'été! Dès le matin la température est douce et le soleil brille! Les oiseaux gazouillent dans les branches, les fleurs s'ouvrent, répandant leurs parfums suaves, les enfants s'ébattent joyeusement dans les prés...

Vous y avez cru? Non, bien sûr! C'est la pire journée que nous avons eu depuis notre départ. Le ciel est chargé de gros nuages noirs qui dissimulent les sommets des montagnes environnantes, le vent souffle en rafales, la température ne dépasse pas 7/8°.

Comme il n'y a pas lieu de se dépêcher, le temps ne se prêtant pas aux balades, on part vers 11 h 30 après avoir fait les services, en direction de Sortland.

Carte-20100621

On profite pour faire des courses dans un Maxi Coop. Ce sont les premières grandes courses depuis que nous sommes en Norvège et on ne peut que constater ce que l'on prévoyait: tout est très cher.

Nous avons décidé de prendre notre temps aux Vesteralen/Lofoten et nous souhaiterions avoir du beau temps pour admirer les paysages qui sont beaux par eux-mêmes, mais qu'on appréciera mieux sous le soleil. Alors on va faire de petites étapes en attendant le soleil.

Aussi nous nous arrêtons tôt, à Sidpollen, sur l'île de Langoya, sur un petit parking près du port, face au fjord et décidons d'y passer l'après-midi et la nuit (E15.12928, N68.70711, gratuit).

Comme il y a une connexion internet nous en profitons pour mettre notre blog à jour et répondre à nos e-mails.

Pas de photos aujourd'hui à cause de la pluie... seulement celle de l'étape du jour.

N060

Nous avons fait 77 km aujourd'hui.

  

Mardi 22 juin 2010 – Encore pluie, pluie, pluie..., 6°.

 

Il a plu toute la nuit et des rafales de vent ont secoué le CC. Bon, on a dormi quand même et on n'a pas été dérangé par les voitures car la route du port est en impasse et la nuit il n'y a aucune activité.

Les nuages sont un peu moins noirs aujourd'hui, on sent les frémissements de l'été!

Carte-20100622

Malgré ce temps couvert nous partons et prenons une très belle route verdoyante, qui longe un fjord au milieu de paysages sauvages. C'est déjà très beau sous la pluie, on voit les eaux turquoises et les plages de sable blanc alternant avec les rochers. Il y a des cabanes de pêcheurs tout au long de la côte. On imagine que sous le soleil ça doit être somptueux.

Par un pont nous passons sur l'île d'Hadseløya. Il pleut toujours...

N061

La photo est floue exprès, c'est pour bien vous montrer qu'il pleut!!!

Comme hier nous décidons de nous arrêter tôt et à 13 h 30 nous trouvons un large parking en bord de route sur la côte est de l'île d'Hadseløya (E14.62019, N68.55581, gratuit).

Nous y passons l'après-midi et la nuit.

N062

Toujours pas de photos aujourd'hui. On a essayé mais la lumière est trop mauvaise. Désolés...

Nous avons fait 72 km aujourd'hui.

  

Mercredi 23 juin 2010 – Un peu moins de pluie, pluie, pluie..., 8°.

 

Il a encore bien plu cette nuit, mais au matin nous décidons de bouger quand même. Si on attend le soleil on risque de rester coincés ici. En fait la pluie est moins dense.

Carte-20100623

Nous continuons le tour de l'île d'Hadseløya et reprenons le pont pour regagner l'île de Langoya. Nous la traversons d'est en ouest pour aller à Bø, à la pointe sud-ouest.

Malgré le temps maussade, les paysages sont très beaux et sauvages.

N063

Nous nous arrêtons pour déjeuner sur le port de Vinje (N68.61613, E14.43809, gratuit).

N064

Nous montons ensuite par une très belle route, parfois étroite et en corniche, jusque Nykvåg où des colonies de goélands occupent les parois montagneuses, jusque dans le village.

N065  N066

Nous continuons jusqu'à Hovden où nous savons trouver un parking pour la nuit et où, quand les conditions sont favorables, on peut observer le soleil de minuit.

Sur la route nous voyons encore des plages de sable blanc.

N067

Les montagnes tombent directement dans la mer. Ces paysages sont très inattendus.

N068

Le port d'Hovden est charmant, un endroit du bout du monde comme nous les aimons.

Nous repérons rapidement le parking recherché, mais la moitié est occupée par des séchoirs à poissons, sur lesquels sont pendues des têtes de morue. L'odeur nous fait fuir!

N069  N070

Nous faisons néanmoins une promenade sur la jetée et voyons un autre parking près des quais. Fausse piste également car il est surmonté d'une falaise sur laquelle nichent des centaines de goélands tous plus bruyants les uns que les autres.

On ne dormira pas à Hovden ce soir.

Il n'est pas très tard et nous avons bien le temps de chercher un autre emplacement, mais nous nous souvenons du port de Vinje où nous avons déjeuné ce midi et nous décidons d'y retourner.

Arrivés à Vinje, nous avancerons d'une centaine de mètres après le port pour trouver un parking plus sauvage où nous avons une belle vue sur la mer et les oiseaux marins (N68.61557, E14.43383, gratuit).

N071

Nous avons fait 200 km aujourd'hui.

  

Jeudi 24 juin 2010 – Du soleil, ouiiiii!, 12°.

 

Ce matin en nous réveillant nous entendons les craquements caractéristiques de la carrosserie qui chauffe au soleil. Yess!

Vous l'avez compris, le soleil est revenu.

La pluie de ces derniers jours ayant révélé une petite fuite au lanterneau du cabinet de toilette, Jacques opère une réparation de fortune en attendant de faire une réparation définitive à notre retour en France.

Carte-20100624

Nous continuons notre tour des Vesteralen et allons à Myre. Nous y faisons les services dans une station Esso (N68.91512, E15.09848, 20 Nok).

Nous prenons ensuite la route en terre qui mène à Nyksund sur laquelle il n'est parfois pas possible de se croiser et où des moutons divaguent en liberté.

N072  N073

Sous le soleil c'est un enchantement. Nous sommes enthousiasmés par les paysages qui défilent le long de cette route.

N074

Nous arrivons à Nyksund, ancien village de pêcheurs, abandonné et maintenant en cours de réhabilitation.

On tombe sous le charme de cet endroit. On y trouve des quais de bois couverts par les hangars qui les bordent, beaucoup de bâtiments sont restaurés et transformés en gîtes, restaurants et chambres d'hôtes, mais on imagine encore la vie de la communauté de pêcheurs qui habitait ici il y a 40 ans.

N075

L'ensemble entoure un bassin où jadis les bateaux de pêche se mettaient à l'abri. Des goélands, longtemps les seuls habitants des lieux, squattent les façades des hangars. Le tableau est très beau.

N076

Il n'est que 15 h 30, mais nous décidons de rester sur le parking de l'entrée du village pour y passer la nuit (N68.99625, E15.02082, gratuit).

N077

En prime, nous avons droit au soleil de minuit sur la mer!

N078

Nyksund se révèle encore plus beau éclairé par cette lumière.

N079

Nous avons fait 89 km aujourd'hui.
 

Vendredi 25 juin 2010 – Du soleil le matin, pluie l'après-midi, 16°.

 

Nuit calme aussi ici.

Le soleil a trop donné hier soir (vous avez vu ce soleil de minuit?) et ce matin il reste pudiquement caché derrière un voile de nuages.

Carte-20100625

Nous repartons vers 10 h en direction de Myre. Nous reprenons cette route un peu difficile, mais si belle.

Nous nous arrêtons sur le port de Myre alors que quelques gouttes tombent. Captant une connexion internet, nous profitons pour mettre le blog à jour.

Pendant ce temps, Mireille, qui n'a pas les yeux dans ses poches, voit un pêcheur s'activer sur le quai voisin.

Il faut dire que ça fait plusieurs jours qu'on voudrait essayer de pêcher, mais, par manque d'expérience, on reporte: Est-ce que c'est la bonne heure? Y a-t-il assez de fond? Il y a trop d'algues, la mer n'est pas facilement accessible, etc. Il y a toujours une bonne raison pour renoncer.

Mais là, l'occasion est trop belle parce que si il y a un pêcheur, c'est que tout est bon.

On décide d'y aller.

Jacques sort la canne à pêche achetée il y a bien longtemps lors de vacances en Corse, et ayant très peu servi! Il sort aussi la boîte d'accessoires toute neuve achetée juste avant de partir en vacances et les leurres achetés récemment après les conseils de Gérald rencontré il y a peu. Mireille, pleine d'espoir, prend un sac glacière pour y mettre le fruit de la pêche.

On s'approche du pêcheur pour voir comment il fait, mais on est tombé sur le seul Norvégien qui ne parle pas anglais! (on exagère bien sûr, il n'y a pas que lui...).

Néanmoins, avec des gestes et des onomatopées, Jacques finit par voir que le matériel du pêcheur est complètement différent du sien.

Qu'à cela ne tienne, on ne va pas s'arrêter en si bon chemin, Jacques monte sa ligne avec ses leurres comme lui a indiqué Gérald.

Après quelques difficultés pour maîtriser les manettes du moulinet, premier essai de lancer vers l'eau. Le leurre décrit une jolie arabesque dans l'air et... s'écrase aux pieds de Jacques.

Serrage, desserrage, blocage, déblocage, nouvel essai, le leurre va enfin à l'eau... à 50 cm du quai.

Pendant ce temps le pêcheur voisin fait des lancers de 20 ou 30 m!

Les manettes vont dans tous les sens mais toujours sans succès.

N080

Compatissant le voisin vient voir et trouve notre matériel pas adapté à notre pêche.

Moi je dirai plutôt que c'est nous qui ne sommes pas adaptés à la pêche en général.

Toutefois, en bon pêcheur, il trouve un moyen de faire un lancer correct et montre à Jacques comment faire.

Nouvel essai de lancer et cette fois, miracle, le leurre s'élance en l'air et tombe à une vingtaine de mètres du bord.

N081

Sur la boîte de leurres il y a des conseils et Jacques les applique à la lettre: remonter doucement, s'arrêter par moments et donner des coups secs à la canne pour faire croire aux poissons que le leurre est vivant.

Après plusieurs lancers et avoir remonté pas loin d'une tonne d'algues, soudain la canne s'agite. Ça mord.

La fébrilité s'empare de nous, Jacques remonte le moulinet rapidement et amène sur le quai un magnifique (si, si!) poisson d'une taille respectable. Comme nous l'avons lu dans un récit, la bonne taille c'est la taille de notre assiette, et celui-là est dans la norme.

Vous imaginez la fierté de l'apprenti pêcheur!

Mireille, qui n'ose pas toucher au poisson frétillant, avance le sac glacière, et Jacques, avec l'assurance du pêcheur aguerri, attrape le poisson... qui lui glisse des mains.

Que croyez-vous qu'il arriva? Qu'il est reparti à l'eau? Et bien non! Dans un réflexe dont il ne se croyait même plus capable, Jacques bondit sur le poisson avant qu'il ne s'échappe et, d'un geste précis, l'envoie au fond du sac.

Et d'un!

N082

Curieux de la scène, le soleil fait son apparition.

La partie de pêche continue et par 2 fois, un poisson vient mordre mais réussit à se décrocher.

Enfin, après 1 heure, un 2 ème poisson vient mordre à la ligne. A peine arrivé sur le quai, il se décroche du leurre qui, tel une balle de jokari, monte vers le ciel et retombe... sur la tête de Jacques. Heureusement son abondante chevelure amortit le choc et le poisson va rejoindre son congénère dans le sac glacière.

N083

Ne voulant pas dépeupler la mer, nous décidons d'arrêter là cette expérience en considérant qu'un poisson chacun c'est bien et on verra d'abord quel goût ils ont avant d'en pêcher d'autres. Car on recommencera, c'est sûr!

Demain il y aura du poisson au menu.

Il est 14 h 30 quand nous regagnons le CC pour déjeuner.

On repart vers 15 h 30 en direction des îles Lofoten.

Après avoir passé plusieurs tunnels, nous arrivons sur la première île, Austvågøya, sous la pluie, et nous trouvons, à Hanøy un terre-plein près d'une petite plage pour nous poser pour la nuit (N68.47224, E15.18180, gratuit).

N084

Le paysage est superbe, les couleurs sont splendides, jugez-en:

N085

Dans la soirée la brume s'installe sur les montagnes.

N086

Ces instants sont magiques.

Nous avons fait 127 km aujourd'hui.

  

Samedi 26 juin 2010 – Du brouillard, de la pluie, 10°.

 

Temps complètement bouché ce matin. Le brouillard est tombé, cachant les montagnes environnantes.

Pour découvrir les Lofoten, il y a mieux!

Aussi décidons-nous de ne pas bouger aujourd'hui.

Fort de son expérience toute neuve, Jacques a jugé que le coin était bon pour la pêche et Mireille propose de nettoyer les poissons d'hier pour les cuisiner à midi. Un coup d'oeil aux livres que nous avons nous fait penser que ce sont des lieux noirs qui ont été capturés.

Nous installons la table dehors, sous l'auvent car il n'arrête pas de pleuvoir ou crachiner et nous mesurons nos poissons: 35 et 36 cm! Pas mal!

N087  N088

Après nettoyage, les déchets feront le bonheur de quelques goélands.

Jacques décide de tester le coin pour la pêche.

Rapidement un leurre doit être abandonné à la mer, coincé dans des rochers, et un nouveau leurre est installé.

Il semble moins efficace car ça mord, mais les poissons, toujours des lieux noirs, sont nettement plus petits. Ce sont ainsi 6 petits poissons qui sont rejetés à la mer..

Jacques remet un autre leurre, plus semblable à celui qui a été perdu, et tente à nouveau sa chance.

Au bout de quelques instants, alors que Mireille en spectatrice admirative des premiers lancers a fini par se lasser et est repartie au CC pour préparer les poissons, le leurre semble à nouveau coincé dans des rochers.

Après quelques tentatives pour le décoincer en agitant la canne, la ligne s'enroule à nouveau, mais c'est lourd au bout. Algues? Non, ça gigote. Ça semble gros, plus que les lieux noirs déjà attrapés. Quand la ligne arrive près du bord, c'est en effet un poisson assez gros qui apparaît sous l'eau. Et qui bouge beaucoup!

Le problème est de le remonter sans le décrocher ni casser la ligne.

Avec une délicatesse dont il est coutumier, Jacques remonte doucement la ligne et pose le poisson sur les premiers rochers, puis un peu plus haut et enfin il arrive à le hisser sur le bord, sans casser la ligne.

Belle pièce, mais ce n'est pas un lieu. Notre livre nous apprendra qu'il s'agit d'un petit cabillaud, de 50 cm tout de même!

N089

Retour vers le CC où, avec une modestie feinte, Jacques reçoit les félicitations de Mireille qui imagine déjà les différentes manières de le préparer.

Après nettoyage et rangement du matériel, nous passons à table pour déguster nos premières prises qui se révèlent succulentes. On a bien fait de n'en prendre que 2 car c'est juste la portion qui nous convient.

Le temps ne s'améliorant pas, nous commençons l'après-midi par des jeux de lettres, quand soudain Mireille entend un bruit à l'extérieur.

C'est un renard, déjà aperçu hier, qui est venu chiper la poubelle, restée à la porte du CC pour cause de déchets de poissons risquant d'embaumer le CC.

N090  N091

Jacques sort immédiatement, mais le renard ne semble pas très effrayé et il faut vraiment que Jacques gesticule et vocifère pour qu'il daigne lâcher sa proie et s'éloigner un peu.

Cependant il continuera à rôder autour du CC pendant une bonne partie de la soirée.

Peu après c'est une hermine, elle aussi déjà aperçue hier, qui vient furtivement nous rendre visite, mais si rapidement que nous n'avons pas eu le temps de dégainer l'appareil photo.

Le temps s'améliore légèrement en soirée et nous pouvons observer quelques oiseaux marins sur la plage.

Nous avons fait 0 km aujourd'hui.

 

Dimanche 27 juin 2010 – Temps gris, pluie par intermittence, 10°.

 

On ne va pas rester coincés ici dans l'attente du soleil, aussi nous décidons d'explorer un peu les Lofoten.

Il fait un peu plus doux mais le ciel gris ne laisse pas présager une journée ensoleillée.

Carte-20100627

Nous prenons la direction de Svolvaer par la E10. En cours de route nous repérons une belle aire de stationnement près de Vestpollen qui est idéale pour passer la nuit (N68.31606, E14.71614, gratuite). Nous n'y restons pas évidemment puisqu'il n'est que 11 h 30. Nous continuons jusqu'à Svolvaer.

Pas d'attrait à cette ville qui est un port d'accès aux Lofoten (en venant de Skutvika) et une étape de l'Hurtigruten.

Nous y trouvons une aire de services et de stationnement (N68.22887, E14.55788, payante). Il est toujours trop tôt pour nous y arrêter et nous continuons la E10.

Nous visitons le petit port de Kabelvåg, charmant mais sans plus.

N092

Puis nous allons jusqu'à Henningsvær.

A l'entrée du village un grand parking situé à gauche après le 2ème pont, nous accueille (N68.15615, E14.20819, gratuit).

Il est 13 h 30 et nous déjeunons sur ce parking où se trouvent déjà une dizaine de CC.

Nous visitons ensuite ce petit port de pêche, bien plus intéressant que Kabelvåg.

N093  N094

La pluie tombe par intermittence et ne nous incite pas à poursuivre notre balade.

Le parking est sans attrait mais nous décidons quand même de rester ici pour passer la nuit.

Le soir Mireille cuisine le cabillaud pêché hier. Hummm! On se régale!

Nous avons fait 79 km aujourd'hui.

 

Lundi 28 juin 2010 – Temps gris avec éclaircie, peu de pluie, 12°.

 

La nuit a été calme, sauf les cris des goélands, mais tôt le matin des camions et des voitures sont passés sur le parking. Bref ce ne sera pas la meilleure étape de nuit.

Carte-20100628

Nous avons besoin de faire les services aussi allons-nous directement à Leknes où une aire est signalée. Aucun panneau sur place et après quelques recherches nous la découvrons à l'arrière d'une station Esso (N68.14528, E13.61890, 20 Nok). Le robinet d'eau est cassé et on ne peut faire que les vidanges. Nous allons donc à la station Statoil faire un plein d'eau gratuit.

Nous voulons visiter des villages caractéristiques des Lofoten, mais Nusfjord est une priorité car le stationnement dans ce village est problématique, aussi y allons-nous tout de suite pour y être avant les cars de touristes.

Il y a 2 parking qui nous attendent: le premier, plus facile d'accès, est réservé aux cars de tourisme, le second, au sommet d'un raidillon que l'on monte en première, est tout petit, environ 20 places, et quand il est plein il est difficile d'y faire demi-tour.

Heureusement à l'heure où nous arrivons (13 h 30) il y a encore quelques places, mais rapidement il sera saturé.

N095

Nous sommes sur une plate-forme dominant le village et la vue est superbe. Nous déjeunons sur ce parking et nous visitons Nusfjord, classé par l'Unesco.

C'est un beau village dont quelques maisons sont anciennes et on assiste à un diaporama sur l'histoire et la vie dans cet endroit.

Mais ce n'est plus un village vivant, tous les rorbuer, ces anciennes maisons de pêcheurs construites sur pilotis, sont maintenant des résidences de vacances.

N096

Bon, c'est quand même une visite incontournable et on ne regrette pas de l'avoir faite.

Il est 16 h quand nous quittons les lieux et nous retournons un peu sur nos pas pour aller dormir à Uttakleiv.

C'est encore un bout du monde.

Après avoir suivi une route qui serpente dans un paysage champêtre, après avoir vu 2 plages paradisiaques (sur l'une d'elle on a même vu quelqu'un se baigner!), après avoir emprunté un tunnel à une voie (des élargissements sont réalisés de temps en temps pour se croiser), après avoir évité quelques moutons, on débouche face à l'océan et là, où la route en cul-de-sac s'arrête, 2 parkings permettent à une douzaine de véhicules de se garer (N68.20962, E13.50238, payant).

Il y a déjà 4 CC et 3 autres nous rejoindront pour la nuit.

Le site est somptueux. On est en surplomb d'une grande plage de sable et de rochers et sur le côté la montagne tombe dans la mer vert émeraude.

N097  N098

C'est un lieu d'où l'on peut voir le soleil de minuit sur la mer.

Nous passons une grande partie de la soirée à observer les oiseaux et ce soir on en a encore repéré un qu'on ne connaissait pas: le labbe parasite qui poursuit les autres oiseaux pour leur voler leur nourriture.

Des moutons vont et viennent jusque sur les rochers du bord de mer.

N099

Bien qu'il ne pleuve plus, le soleil ne montrera pas le bout de son rayon ce soir.

Nous avons fait 128 km aujourd'hui.

 

Mardi 29 juin 2010 – Beau temps, 16°.

 

La nuit a été presque calme... En effet vers 4 h, un bruit a réveillé Jacques. Des moutons étaient en train de ronger le pare-choc du CC! Le simple bruit du store qu'on relève les a fait fuir...

Le craquement de la carrosserie nous signale, dès avant notre lever, que le soleil est présent.

On part tôt (10 h comme d'habitude) et aujourd'hui on va profiter du beau temps pour visiter.

Nous reprenons la E10 en direction du sud.

Carte-20100629

Sous le soleil les paysages sont enchanteurs. On longe des fjords sur presque toute la longueur du trajet et les montagnes se reflètent dans les eaux bleues et turquoises de la mer.

N100

Nous admirons en passant le village de Hamnoy

N101

et nous filons tout au bout de la E10, à Å

Le village est beau et nous y trouvons même une boulangerie.

C'est assez rare pour être signalé, le pain s'achetant habituellement soit dans les super-marchés (rien que l'odeur du rayon boulangerie nous fait fuir), soit dans les stations-services (eh oui!).

Quand il n'y a pas de boulangerie, c'est encore là qu'il est le meilleur ou plutôt le moins pire.

N102

Après avoir déjeuné sur le parking, nous remontons vers le nord, ayant atteint la pointe sud des Lofoten.

Vue dans l'autre sens, la route nous révèle d'autres points de vues tout aussi beaux. Les morues sèchent au vent sur des poteaux.

N103

Nous nous arrêtons à Reine que l'on croyait plus intéressant.

N104

Nous continuons la route et, comme le ciel est très dégagé nous pensons bien que ce soir le soleil de minuit sera visible.

Nous décidons alors d'aller à Eggum, site signalé comme lieu privilégié pour le soleil de minuit (E13.65047, N68.30691).

Comme nous imaginons que nous ne serons pas les seuls à avoir cette idée, nous y allons assez tôt et à 17 h nous sommes sur place.

Nous avons bien fait car il y a déjà une dizaine de CC et après notre arrivée, une autre dizaine de CC viendra nous rejoindre.

Ça manque un peu d'intimité, mais on ne peut pas garder ce spectacle pour nous seuls.

N105

Nous avons fait 172 km aujourd'hui.

 

Mercredi 30 juin 2010 – Beau temps, 20°.

 

Farceur, un gros nuage est venu cacher le soleil un peu avant minuit.

On ne l'a donc pas vu, mais ça ne fait rien, on a quand même profité de l'ambiance.

Parce qu'un soleil de minuit c'est l'occasion de rencontres un peu irréelles, de gens qui sont là juste pour voir le soleil.

Les Norvégiens viennent faire une sortie en famille ou avec des amis, de 23 h 30 à 1 h du mat'.

Vous imaginez ça en France? Tiens, il est bientôt minuit, si on sortait faire une balade au bord de la mer avec les enfants?

A leur décharge il faut dire que l'hiver doit être tellement long qu'ils profitent à fond d'un été qui dure peu de temps.

Donc on est tous là, à minuit, à regarder la mer, le ciel, les oiseaux, et on discute avec des gens qu'on n'a jamais vu auparavant, venus de tous les horizons, et qui partagent le même moment que vous.

En plus la lumière est très spéciale. C'est une expérience unique.

Ce matin, après une nuit trop courte pour certaines, nous partons plus tôt que d'habitude (9 h 55) car on a un bateau à prendre.

Carte-20100630

On rejoint Svolvær où nous avons prévu de prendre un ferry pour Skutvik et quitter les îles en nous évitant un long détour.

Au terminal nous apprenons que le ferry de 10 h est parti (bien sûr!) et le prochain est à 16 h.

Comme il fait beau, nous ne voulons pas rester collés comme des moules à leur rocher, sur un quai de port et nous décidons de nous balader encore dans les Lofoten et de prendre un autre ferry, demain, à Lødingen.

Nous partons donc explorer la côte Nord, par une petite route qui nous mène à Laukvik et à d'autres petits villages.

Sous le soleil les couleurs sont somptueuses. Nous avons de la chance car pour visiter les plus beaux coins des Lofoten, nous avons eu du soleil!

N106

N107

Nous repassons à Hanøy où nous avons dormi il y a quelques jours, pour voir les lieux sous le soleil. C'est encore plus beau.

Nous passons au-dessus du Trollfjorden, un des fjords les plus étroits où passent les bateaux de l'Hurtigruten,

N108

et nous arrivons enfin à Lødingen sur l'aire où nous étions déjà venus il y a 10 jours.

Nous nous garons face à la mer. Il fait beau et chaud (enfin pour ici) et nous profitons un peu du soleil de cette fin de première vraie journée d'été. Nous espérons qu'elle sera suivie de beaucoup d'autres.

Nous avons fait 214 km aujourd'hui.

Suite du récit >

Partager cette page

Repost 0
publié par

Présentation

  • : Le blog de nomade 59
  • Le blog de nomade 59
  • : Récit de voyage en Scandinavie en 2010. Fiches pratiques pour un voyage en camping-car, péages, ferries, camping, gaz, budget, etc.
  • Contact

Recherche

Conseils de lecture

Vous aimerez les romans de notre fille:

desamoursderisoires20-copie-1

desamoursderisoires20-copie-1

desamoursderisoires20-copie-1

Compteur Global

 depuis le 07/04/2010